Articles au hasard

LightBlog

Mon premier concours intime avec le Feeder Team Liège (FTL)




Depuis 2012, ma vie halieutique foisonne de projets et de découvertes. Je n'en peux rien, mais dès que je vois une technique ou une rivière intéressante, il faut que je l'essaye. La pêche au feeder est un amour qui remonte à 1994, année durant laquelle j'ai vraiment commencé à utiliser des feeders de manière intensive.

Passer à la compétition n'a pourtant pas été un chemin que j'ai emprunté naturellement. J'ai la passion du beau et gros poisson et l'idée de prendre du petit gardon ne me tentait vraiment qu'au winklepicker, technique que je pratique depuis la fin des années 80, et qui est le fin du fin en matière de finesse et de sensibilité.

Soit, je m'y suis mis, j'ai fait 3 championnats de Belgique sans grand résultat, puis j'ai complètement arrêté la compétition, que ce soit à la grande canne ou à l'anglaise. Je me suis tourné vers la "traque" des poissons "spécimens" d'eau vive (chevesnes et barbeaux en tête) et vers la passionnante pêche en mer. Comme dit la chanson : "Je ne regrette rien".

L'arrivée du FTL m'a fait revenir 10 bonnes années en arrière : me retrouver le long du canal Albert, ce 28 avril, n'a plus rien d'habituel et je manque de marques. La motivation est par contre belle et bien là et elle ravive des souvenirs lointains, mais fort utiles. 


Voici le récit de la journée : 

Notre président avait fixé le rendez-vous à 8h30 pile le long du canal Albert, à Haccourt, sans beaucoup d'espoir de tous nous voir arriver à l'heure. Il est vrai que quelques-uns d'entre-nous ont de petits soucis avec la ponctualité. J'avais largement pris mes précautions et après un passage éclair au magasin de Sylwia à Lixhe, j'arrivais vers 8h15. Presque tout le monde était déjà en train de tailler le bout de gras. Malgré tout, je n'étais pas le dernier à arriver, mais bien l'antépénultième (j'aime beaucoup ce mot). Nous sommes théoriquement une quinzaine (13 après comptage plus précis).
Après avoir aidé Jean-Marie à trier ses boules, qu'il a nombreuses, blanches et marquées de numéros, 15 d'entre-elles sont gardées : le premier arrivé tire avant tout le monde ! Moi qui n'aime pas tirer ma place trop tôt, je suis bien content de cette règle et, d'ailleurs, je tombe au 2, juste à côté de mon président, bien assis au 1.

Le temps a changé et la tiède douceur de la semaine a laissé place à une certaine fraîcheur apportée par un vent de Est Nord Est. Le ciel est plutôt gris, mais il ne pleut pas et le soleil fera son apparition un peu plus tard dans la journée. Les pêcheurs prennent place et préparent leur matériel. Je monterai 2 cannes medium avec des feeders cages de 28g. Je sonde rapidement la place et je remarque que le fond augmente vers 26 mètres. C'est là que je commencerai ma pêche. En réalité, dans le doute et pressentant une pêche compliquée, je rajoute 4 mètres. Je préfère jeter un brin plus loin qu'au moins un de mes voisins.
L'amorce sera simple : 1kg de Jaxon Gardon noire, 1/2kg de Jaxon Gardon rouge et 250g de chanvre moulu.



10h : les hostilités commencent au coup de sifflet. Les copains du matin se sont mués en adversaires impitoyables. Dans ces 5 premières minutes, je rate une grosse touche. J'étais occupé à ranger un bac. C'est la misère, mais cette mésaventure renforce ma motivation.

Après 2 heures de pêche, je confirme que c'est très dur ! Mes voisins ont 1 ou 2 petits gardons, c'est la misère en amont et je suis capot. Bon, j'augmente la distance de pêche peu à peu et, arrivé à 34-35 mètres, j'enregistre 3 touches qui se soldent par 3 gardons. Mon retard est comblé ! Des rumeurs de brème et de gardons nous arrivent également de l'amont : en effet, Francis Willaume vient de sortir un monstre qu'on me dit peser 4kg et il semble que sont voisin prenne un peu de poisson.

Après 4 heures de pêche : je n'ai plus de touche, rien, nada, nothing. N'ayant rien à perdre, je rajoute 6 mètres de distance pour arriver à près de 45 mètres. Premier lancer, premier gardon ... qui sera le dernier. Le canal en avril et à Haccourt, c'est vraiment difficile !

15h : Fin du supplice et début de la pesée. 7 d'entre-nous sont arrivés à toucher quelques poissons perdus dans l'immensité de la pièce d'eau. Je termine 4e ex-æquo avec Jean-Marie. Nous avons chacun 4 gardons pour 250g. Mon voisin au numéro 3 a également 4 poissons, mais un tantinet plus gros et termine 3e avec 750g. Francis gagne avec 1 brème et 1 gardon pour 2300g et est suivi par son voisin qui fait 800g. Jean a 2 petits gardons et Cédric, notre secrétaire, est le 7e larron à prendre : il a 1 gardon. Même au feeder, il arrive que la pêche soit dure. Ma conclusion est assez simple : il faut toujours se concentrer dans les moments difficiles et ne jamais lâcher le morceau. Je n'ai pas arrêté de chercher et c'est pour cela que j'ai pris mes 4 gardons. 

Tous les résultats ici !

Après avoir rangé leur matériel, nos joyeux drilles se sont réunis autour d'une bonne bière apportée par Sylwia, notre sponsor et les prix pour les 3 premiers ont été distribués. La compétition commence bien. On sent qu'il y a de la motivation et un pêcheur se détache, Francis Willaume. L'homme à "abattre", c'est lui ! Rendez-vous pour la prochaine manche : le 26 mai en Meuse près du Hemlot à Hermalle-sous-Argenteau.

Toutes les photos sont ICI sur http://www.feederteamliege.be/
Mon premier concours intime avec le Feeder Team Liège (FTL) Mon premier concours intime avec le Feeder Team Liège (FTL) Reviewed by Schmitz Jean Noel on 11:21 Rating: 5